lesenfantsde-la-grandruevalreas.blog4ever.com

lesenfantsde-la-grandruevalreas.blog4ever.com

Histoire dans la Grand-Rue


Les enfants de la grand-rue ….......un recueil ?

https://static.blog4ever.com/2016/03/815829/montage.jpg
Valréas a un passé, riche de son architecture, riche de son industrialisation. Mais nous avons aussi, un passé riche de son accueil envers les plus démunis, les plus rejetés. Nombreux les endroits de notre ville ont été les témoins de ses
 évolutions d'un temps pas si lointain.

Les enfants de la grand-rue font partis des témoins de cette évolution, de ce partage sans discrimination, de l'engagement d'une résistance qui s'est avérée à ne pas confondre, la haine de l'humanité.

Hier, ils étaient comme aujourd'hui, ces enfants de toutes ascendances à jouer sans aucun regard pervers envers l'autre. Ils n'avaient que d'yeux d'être ensemble pour un monde meilleur, que seul l'enfant sait si bien le démontrer. Immigrés des années qui se suivent, ont été, eux aussi, les témoins de l'évolution de la bienveillance à Valréas. Ils ont aujourd'hui leur place dans ces enfants de la grand-rue.

Nous nous propulserons vers divers lieux de notre ville, recréer l'ambiance réelle et non imaginaire. Un rire, un pleur, mais toujours sans amertume, pour vivre ensemble.

Que celles et ceux qui se sentent enfants de la grand-rue et de ses alentours, enfants partageant leur vécu, sachent qu'ils sont les bienvenus dans ce recueil.

Témoignages et documents, souvenirs d'un temps passé, seront trouvés leur place.

Vous vous sentez concerné par ce mémoire qui pourrait naître ?

 

Contacts : Michel Reboul : mcr.reboul@free.fr


24/10/2016
0 Poster un commentaire

Le relais de la Poste à Valréas

76 grande rue 002.jpg
En 1710, création du relais de poste, qui se trouvait dans la Grand-Rue au n° 76, avec « Boete » aux Lettres encore visible. Sur le parcours, rue Berteuil, Grande-Rue, Place Fort-Aymard (les halles), rue Saint Antoine, la circulation était interdite aux heures d'arrivée et de départ pour le libre passage de la malle-poste.

En 1794-1800, pendant la Grande peur, le fanatisme de la « Terreur Blanche » attaque de diligence et courriers. Dans une famille, existe encore le coffre-poste qu'un convoyeur accompagnait de Montélimar à Nyons et vice-versa. Trois fois de suite dans le bois des « Mattes » elle subit l'assaut des brigands ; la dernière fois, forcée, elle fut mise hors service, mais l'ambulant la conserva et des mains féminines l'ont « bichonnée » pendant de longues années, s'en servant de boîtes à fils et laines.

Source : Valréas et « l'enclave des papes » Jean Pagnol

 

MALLE05082016.jpg


05/08/2016
0 Poster un commentaire

Ces blogs de Histoire pourraient vous intéresser